L’ux et le Web 3.0

Le Web 3.0 ou Web décentralisé, représente la prochaine étape dans l’évolution d’Internet. En remplaçant les systèmes centralisés par des réseaux décentralisés, le Web 3.0 cherche à rétablir un équilibre. L’équilibre du pouvoir entre les utilisateurs et les entreprises. A l’heure actuelle, ce sont les entreprise qui contrôlent la plupart des données et des services en ligne. Cependant, pour que le Web 3.0 soit adopté par un large public, il est crucial de surmonter les défis associés à l’expérience utilisateur (UX). Dans cet article, nous allons explorer ces défis. Tout d’abords examinant les problèmes d’UX rencontrés sur les applications décentralisées (DApps), les wallets Web 3.0 et les blockchains. Puis dans un second temps, proposer des solutions pour améliorer l’expérience utilisateur.

intro

Le web 3.0 attire deux types d’utilisateurs : les early adopters et les majority adopters. Les early adopters sont les premiers à prendre en main de nouvelles technologies. Ce sont souvent des passionnés de technologie prêts à prendre des risques. Les majority adopters, quant à eux, préfèrent attendre que les technologies soient matures et largement utilisées avant de les adopter massivement. Les early adopters sont les pionniers. Tandis que les majority adopters suivent leur exemple à mesure que les technologies se popularisent. La plupart des applications actuelles sont créées par des early adopters pour des early adopters. C’est donc tout naturellement que la majorité des applications vont nécessiter un niveau de compétences élevé de la part des utilisateurs et sont peu susceptibles de convenir directement au grand public. C’est dans ce contexte que l’UX joue un rôle pour garantir l’adoption des nouvelles plateformes et applications.

Les problèmes rencontrés

 L’entremêlement entre les fonctionnalités d’investissement et de paiement classique :

C’est un défi majeur auquel sont confrontés les concepteurs et développeurs. La fusion des fonctionnalités d’investissement et de paiement classiques peuvent sembler confuses pour les utilisateurs. Le premier objectif de nombreuses plateformes basées sur le Web 3.0 est de permettre aux utilisateurs d’investir dans des actifs numériques tels que les crypto-monnaies, les jetons NFT (non fongibles) et les contrats intelligents. Cela ouvre de nouvelles opportunités passionnantes pour les investisseurs. Mais cela présente également un enjeu majeur : rendre l’expérience d’investissement intuitive et accessible aux utilisateurs non technophiles.

D’autre part, le paiement classique est une fonctionnalité essentielle dans le Web 3. Elle permet aux utilisateurs d’effectuer des transactions en ligne de manière sécurisée et transparente. Cependant, l’intégration de ces fonctionnalités de paiement comprennent des mécanismes complexes . La gestion de la blockchain et des crypto-monnaies peut engendrer des frictions. Ainsi, les utilisateurs non familiers avec ces technologies sont désorientés lorsqu’ils se trouvent face à une interface complexe. Notamment, lorsque les actions d’investissement et de paiement sont entremêlées.

Le manque de clarté de la proposition de valeurs:

La complexité inhérente au Web 3.0, avec des fonctionnalités telles que la blockchain, les contrats intelligents ou encore les applications décentralisées, peut rendre la proposition de valeur floue. Les majority adopters peuvent se sentir dépassés par les termes techniques. Et par conséquent avoir du mal à saisir les avantages concrets que ces technologies peuvent leur apporter.

L’UI au détriment de l’UX :

Bien que l’UI est esthétiquement plaisante et bien conçue la plupart du temps dans le Web 3.0, l’UX est souvent mise de côté. Et l’expérience globale de l’utilisateur peut être entravée par des problèmes d’utilisabilité, de navigation ou de clarté.

Interfaces de portefeuilles de crypto-monnaie complexes :

Certains portefeuilles de crypto-monnaie peuvent être intimidants pour les nouveaux utilisateurs. Des fonctionnalités avancées, telles que la gestion des clés privées, les options de sécurité et les protocoles d’autorisation sont souvent mal expliquées ou difficiles à comprendre. Ceci peut entraîner des erreurs coûteuses ou une confusion globale.

Processus d’enregistrement ardus :

Les DApps peuvent souffrir de processus d’enregistrement confusants, nécessitant souvent l’utilisation de portefeuilles spécifiques et la configuration de plusieurs paramètres. Ces étapes techniques peuvent être déroutantes pour les non technlophiles, qui préfèrent des procédures d’inscription simples et rapides.

Manque de transparence des contrats intelligents :

Les contrats intelligents sont au cœur du Web 3.0, mais leur fonctionnement peut sembler obscur pour de nombreux utilisateurs. Les interactions avec ces contrats exigent souvent connaissances techniques. Les DApps qui reposent sur des contrats intelligents devraient fournir des informations claires et accessibles sur leurs termes. Les conditions, les règles de fonctionnement et les implications potentielles pour les utilisateurs doivent être limpides.

La volatilité des coins ou « la peur de tout perdre du jour au lendemain » :

L’un des principaux obstacles à l’adoption généralisée du Web 3.0 par le grand public réside dans une perception répandue : tous les coins sont volatiles. Cette croyance erronée crée une appréhension significative chez les utilisateurs potentiels. Elles les dissuadent d’explorer pleinement les opportunités offertes par cette nouvelle ère numérique décentralisée. On associe la volatilité des prix aux cryptomonnaies. Mais il est essentiel de noter que le Web 3.0 englobe une gamme d’actifs numériques. Comme par exemple les tokens stables dont la valeur est ancrée à des actifs sous-jacents.

Difficulté à gérer les clés privées :

La gestion des clés privées est une composante critique de l’écosystème du Web 3.0, mais elle peut être délicate et source de confusion pour les utilisateurs. Les applications doivent offrir des mécanismes conviviaux pour stocker, sauvegarder et récupérer les clés privées. Afin de minimiser les risques de perte de fonds ou d’accès non autorisés.

Quelques solutions

Au fil de l’article, nous avons identifié plusieurs points qui contribuent à la réticence des majority adopters. Des facteurs tels que la complexité technique, la volatilité des coins, les inquiétudes liées à la sécurité, les préoccupations réglementaires et le manque de clarté sur la proposition de valeur ont été des obstacles majeurs à l’adoption généralisée. Cependant, il est crucial de noter que des solutions émergent pour améliorer l’UX du Web 3.0 et atténuer ces inquiétudes. Voici quelques suggestions pour favoriser son adoption par les majority adopters.

Guest Mode :

La mise en place d’un mode invité (Guest Mode) peut être une approche efficace pour permettre aux néophytes de découvrir et d’utiliser des applications Web 3.0. Ce mode leur offre la possibilité d’explorer les fonctionnalités de base de l’application. Et donc d’effectuer des transactions simples et de découvrir des cas d’utilisation. Ceci est possible sans pour autant nécessiter d’enregistrement complet ou de gestion complexe de leur identité.

Tutoriel pour comprendre les cryptos :

Un tutoriel clair et convivial sur la compréhension des cryptomonnaies est essentiel pour les débutants. Ce tutoriel devrait expliquer les principes de base des cryptomonnaies. Préciser les avantages et les risques associés. Ainsi que les étapes pour acheter, vendre et stocker ces actifs numériques. En démystifiant les notions complexes telles que la différence entre un coin volatile et un coin stable. Le fait que les cryptomonnaies n’ont pas pour seul but la spéculation deviendrait plus limpide. Cette compréhension permettrait de choisir les coins adaptés aux besoins spécifiques de l’utilisateur. Qu’il s’agisse d’effectuer des paiements sécurisés et stables ou de profiter des opportunités d’investissement. 

Clarification de la proposition de valeurs du Web 3.0 :

L’UX dans le Web 3.0 doit relever le défi de clarifier la proposition de valeur. Cela nécessite des interfaces intuitives, une communication claire des avantages pratiques et une mise en valeur des cas d’utilisation spécifiques. Car les interfaces doivent répondent aux besoins et aux préoccupations des majority adopters. Ces derniers doivent avoir une compréhension immédiate de l’apport de ces nouvelles technologies à leur expérience en ligne. Cela peut concerner les transactions plus rapides, des frais réduits, de la protection de la vie privée ou de nouvelles opportunités économiques. Une autre approche consiste à se concentrer sur des cas d’utilisation spécifiques. Et à démontrer comment le Web 3.0 peut résoudre des problèmes concrets. En mettant en avant des applications décentralisées qui offrent des solutions dans la finance, l’immobilier ou l’approvisionnement en énergie. Le grand public peut ainsi mieux saisir les avantages et l’impact potentiel du Web 3.0.

Séparation des applications de paiement et d’investissement :

Pour éviter la confusion et faciliter l’adoption, il peut être judicieux de proposer deux applications distinctes. D’une part dédier une application aux paiements courants, offrant une expérience utilisateur simplifiée pour les transactions quotidiennes. L’autre application serait spécifiquement conçue pour l’investissement dans des actifs numériques, avec des fonctionnalités avancées pour les utilisateurs souhaitant explorer cette facette du Web 3.0. Cette séparation permet de répondre aux besoins spécifiques de chaque groupe d’utilisateurs sans mélanger les fonctionnalités et les niveaux de complexité.

Limiter l’achat à une seule crypto-monnaie :

En s’inspirant de l’approche de certaines applications populaires comme Cash App, limiter l’achat à une seule crypto-monnaie peut simplifier l’expérience des utilisateurs. Plutôt que de proposer un large éventail de choix cryptographiques complexes, une sélection restreinte de crypto-monnaies permet aux utilisateurs de se familiariser avec une seule et de mieux comprendre ses spécificités et son utilisation pratique.

Simplification des mécanismes de sauvegarde :

La sauvegarde des clés privées et des informations sensibles est cruciale dans le Web 3.0. Mais cela peut être intimidant pour les utilisateurs. Il est donc important de proposer des mécanismes de sauvegarde conviviaux, tels que des options de récupération par e-mail, des phrases mnémoniques ou des solutions de stockage sécurisées. Certains wallets comme « joyID » proposent de simplifier encore plus l’authentification en utilisant les données biométriques (Face ID ou empreinte). Avec ce genre de système, les usagers se sentiront plus en confiance pour gérer leurs actifs numériques en toute sécurité.

Intégration des interfaces avec des wallets tiers :

Les applications Web 3.0 peuvent envisager d’intégrer des interfaces conviviales avec des wallets tiers. Cela permet aux utilisateurs de se connecter facilement à leur wallet existant, évitant ainsi le besoin de créer de nouveaux comptes ou de gérer plusieurs identités.

Assistance en temps réel :

Les problèmes techniques ou les difficultés lors de l’utilisation du Web 3.0 peuvent être décourageants, voire mener à un abandon d’une tâche. L’ajout d’une assistance en temps réel, sous la forme de chat en direct ou de support par e-mail peut aider à résoudre rapidement les problèmes tout en offrant une expérience utilisateur plus fluide et agréable.

Documentation claire et accessible :

Il faut rédigée la documentation des applications Web 3.0 de manière claire, concise et accessible. Des instructions étape par étape, des guides vidéo et des FAQ bien organisées aident à mieux comprendre. Cela permet d’utiliser les fonctionnalités de l’application de manière plus simple, même sans connaissances préalables en technologie blockchain.

Conclusion

Dans cet article, nous avons exploré les enjeux de l’expérience utilisateur dans le contexte du Web 3.0. Alors que cette nouvelle ère numérique offre des possibilités passionnantes et prometteuses, il est essentiel de mettre l’UX au premier plan. Pour cela, il faut appliquer les mêmes règles utilisées pour les applications « classiques » aux applications « Web 3.0 ». C’est-à-dire prendre en considération les besoins utilisateurs et écouter attentivement les feedbacks des majority adopters pour améliorer constamment l’UX. Il est important d’avoir une équipe projet composée d’UX designers afin que les applications puissent s’adapter aux retours utilisateurs en mettant régulièrement à jour les applications pour résoudre les problèmes rencontrés et améliorer l’expérience globale. C’est en s’appuyant sur l’expérience utilisateur que le Web 3.0 pourra convaincre de nouveaux utilisateurs et ainsi continuer de se développer.

Auteur/Autrice

  • Dylan Basley

    User Researcher, UX Designer - Passionné par L’UX depuis quelques années, son travail est un plaisir qu’il essaie de transmettre par sa joie de vivre. Venant d’un parcours de psychologie spécialisée en ergonomie cognitive des technologies du numérique, Dylan utilise ses connaissances sur le fonctionnement cognitif en l’appliquant à ses prototypes afin de rendre les tâches des utilisateurs simples tout en maximisant leur satisfaction.