Accessibilité : Quelques idées reçues

L’accessibilité est une notion dont on entend parler de plus en plus. Pour assurer que nos interfaces soit utilisables par le plus grand nombre bien sûr. Mais également pour respecter les normes et recommandations en terme d’accessibilité comme le RGAA. Cependant lorsqu’il s’agit de respecter ces normes, on se heurte souvent à un certain nombres de clichés. Aujourd’hui nous vous proposons quelques idées reçues que nous allons tenter de corriger.

L’accessibilité, c’est l’affaire des développeurs ? Non c’est l’affaire de tous.

On peut penser que c’est l’affaire des développeurs car ils / elles mettent le contenu en ligne. Mais l’accessibilité numérique est une responsabilité partagée qui concerne tous les acteurs impliqués dans la conception, le développement et la diffusion de technologies et de contenus numériques. Bien que les développeurs jouent un rôle clé dans la mise en place de l’accessibilité, ils ne sont pas les seuls responsables.

Les designers, les rédacteurs de contenu, les testeurs, les responsables marketing, et les autres parties prenantes doivent également prendre en compte l’accessibilité tout au long du processus de conception et de développement.

  • Les concepteurs peuvent s’assurer que les interfaces utilisateurs (par exemple l’organisation et la hiérarchisation de l’information, la navigation) sont claires et simples à comprendre et à utiliser pour tous les utilisateurs.
  • Les rédacteurs de contenu peuvent s’assurer de produire des contenus (textes, images, vidéos, documents téléchargeables…) clairs, lisibles et compréhensibles pour tous les lecteurs.
  • Les testeurs peuvent qu’en à eux vérifier que les technologies et les contenus numériques sont accessibles.
  • Les chefs de projet et PO peuvent, eux, orienter, sensibiliser et gérer les ressources, notamment lors des appel d’offre. Pour prendre en compte l’accessibilité à tous les niveaux.

En somme, l’accessibilité numérique est l’affaire de tous les acteurs impliqués dans la conception, le développement et la diffusion de technologies et de contenus numériques.

Nous proposons une formation d’initiation pour sensibiliser le plus de personnes au sujet de l’accessibilité numérique.

« De toute façon, tous les développeurs codent accessible »

Non, c’est aussi une idée reçue. L’accessibilité nécessite des compétences spécifiques qui ne sont pas toujours enseignées et acquises durant le cursus technique en informatique. Les balises ARIA par exemple ne sont pas toujours étudiées et pourtant elles sont essentielles en accessibilité numérique. Les étudiants doivent généralement ajouter des modules en supplément pour aborder ce sujet.

Si vous pensez avoir besoin de conseil ou d’une formation complémentaire sur le développement accessible, n’hésitez pas à nous contacter.

« Coder accessible c’est compliqué »

Le code HTML5 est très puissant. Utiliser le plus possible les balises du code HTML5 simplifie grandement le travail de prise en compte de l’accessibilité.

Plus le code s’éloigne des balises HTML et de leurs propriétés natives et plus des compétences en développement sont nécessaires pour prendre en compte l’accessibilité.

Des composants accessibles « sur étagères », téléchargeables, gratuits et réutilisables sont proposés par le W3C. Une première étape est de les utiliser : Patterns | APG | WAI | W3C  

« Un site accessible c’est moche »

Utiliser le plus possibles les composants HTML5 de base ne signifie pas pour autant que le site sera moche. Tout dépend de la surcouche graphique en feuille de style. Il est important de distinguer le contenu de la forme. Un site conforme à l’accessibilité peut être aussi beau ou aussi moche qu’un site non conforme.

« Faire un site 100% accessible c’est impossible ».

Même si encore minoritaires, de plus en plus de sites atteignent le niveau de 100% conforme.  Bien entendu, si vous souhaitez un site avec des éléments interactifs, des contenus vidéos, des animations, des graphiques, des flux RSS, etc., un travail est nécessaire pour rendre ces contenus accessibles à tous.

Il est probable que l’atteinte des 100% vous demandera un peu de temps mais l’objectif est la version finale. L’objectif est de s’approcher du 100% grâce à une démarche itérative annuelle et pluriannuelle décrite dans la déclaration d’accessibilité. Cette déclaration, présente sur le site, permet d’informer les internautes sur l’état actuel de conformité et sur les efforts restants à effectuer.

« L’accessibilité ça coute cher. ».

L’accessibilité coute cher quand on la prend une fois le site internet publié et l’audit réalisé. Si l’accessibilité n’a pas été prise en compte durant le projet, il y a de forts risques que l’audit trouve logiquement de très nombreux défauts et que les ajustements a posteriori coutent chers.  

« L’accessibilité, ce n’est pas rentable. »

Les coûts de la mise en conformité en accessibilité peuvent être compensés par des avantages tels que

  • l’élargissement du marché cible pour les entreprises,
  • l’amélioration de l’expérience utilisateur pour tous les utilisateurs,
  • l’application d’une mesure éthique et socialement responsable,
  • la réduction des risques de poursuites pour discrimination et pour non-respect aux lois et réglementations en vigueur en matière d’accessibilité.

Il est donc important de considérer l’accessibilité comme un investissement à moyen terme plutôt que comme une dépense à court terme. Au risque de nous répéter, il est important de considérer l’accessibilité dès le début d’un projet pour limiter les frais et augmenter le ROI.

Nous accompagnons déjà de nombreux projets dans ce sens, exposez-nous votre projet pour bénéficier de conseils spécifiques.

« Mon site est en ligne, pour savoir quoi faire en termes d’accessibilité, je dois commencer par un audit complet. »

Oui et Non.

  • Oui, car cet audit permet de balayer tous les critères et donc de dresser tous les points d’amélioration d’un site web. Toutefois, sans accompagnement, les résultats d’un audit sont parfois compliqués à comprendre et les pistes de solutions difficiles à identifier.
  • Non, car il n’est pas nécessaire de commander un audit long et couteux pour évaluer les défauts d’accessibilité d’un site web. Des outils gratuits existent, par exemple pour évaluer les contrastes et la hiérarchisation des titres. Un processus d’audits rapides et itératifs peut s’avérer bien moins onéreux, et aussi bien plus motivant.

Que vous souhaitiez débuter par un audit complet ou cibler les plus importants défauts à gommer de façon itérative, Ludotic peut vous accompagner.

« L’accessibilité, c’est hors de notre portée. »

Il est normal d’avoir besoin d’aide pour démarrer, mais moyennant un peu de formation et un accompagnement adapté, tout le monde peut y arriver 

Comme nous l’avons vu, l’accessibilité numérique est l’affaire de tous les acteurs impliqués dans la conception, le développement et la diffusion de technologies et de contenus numériques.

Nous réalisons fréquemment des formations de sensibilisation ouvertes à tous. Et nous vous conseillons de commencer par cette formation. Des formations spécialisées en fonction de vos métiers, besoins et contextes sont également disponibles.

Vous avez été confronté à d’autres idées reçues ? N’hésitez pas à nous suivre et à nous les partager sur les réseaux sociaux. Nous pourrons les ajouter à cette liste bien loin d’être exhaustive. Nous publierons d’autres articles sur ce sujet.

Auteur/Autrice

  • Sébastien Chalmé

    User Researcher, UX Designer Sébastien apporte son expertise en UX et ergonomie depuis plus de 20 ans sur la conception et à la réalisation de produits numériques. Ses compétences vont de la R&D sur des thèmes tels que les cinétoses dans des environnements virtuels ou l’effet de la densité informationnelle d’écrans sur le temps de prise d’information, à la passation de tests utilisateurs notamment avec eye-tracking, en passant par la formation sur l’accessibilité et l’UX design. Son objectif : valoriser la recherche utilisateur et participer avec les utilisateurs et les équipes projets à l’émergence d’axes d’amélioration et de solutions pertinentes.