Retour sur le « World Usability Day » 2022 à Sophia Antipolis

Le 15 Novembre 2022 a eu lieu la 18ème édition du World Usability Day en faveur d’un secteur dont l’intérêt a toujours été mis au front : la santé.

A Sophia Antipolis, cet évènement a été élaboré par la communauté UX / CX de Telecom Valley et l’association Use Age avec pour thématique « Garder l’humain au cœur des systèmes de santé : quels enjeux ? ». Durant cette édition du World Usability Day, ce sont donc 6 conférences que nous avons suivies pour vous et dont nous allons maintenant vous présenter les concepts principaux.

L’innovation centrée usagers en santé : retours d’expérience du Centre d’Innovation et d’Usages en Santé

« L’innovation centrée sur l’usager » sont les mots d’ordre de la première présentation énoncée par Bastien Tavner et Marielle Planques. Une explication de cette démarche adoptée au CUIS a mis en évidence sa plus-value dans le domaine de la santé, et ce à différentes échelles (Macro, organisations de soins, écosystèmes d’usages des solutions). Secteur dans lequel l’adaptabilité est un facteur incontournable, de nombreuses applications de méthodes, allant de l’idéation à l’accompagnement à l’appropriation ainsi que des sujets clés, tels que la co-conception ou l’inclusion, seront également évoquées lors des présentations suivantes. Une introduction riche en informations permettant de consolider les fondations de cet évènement

Extrait de l’intervention de Bastien Tavner et Marielle Planques

La User Experience face aux enjeux de l’IRM

Damien Delahaye nous illustre l’importance de l’UX dans le domaine industriel de la santé, plus précisément de son application sur les IRM. Il nous explique comment la méthodologie et l’approche UX, au sein de la société Olea Medical, a permis de concevoir une solution de post-traitement focalisée sur l’IRM. Une bien belle avancée, notamment au vu des résultats relatant des améliorations sur plusieurs points (utilisabilité, image de marque…)

Epidémiologie digitale, gamification et intelligence artificielle : les challenges du projet O-kidia

Environ 5 milliards d’individus connectés, 30 milliards d’objets connectés et 5 objets connectés par personne. Voici ce qu’il en est concernant les flux de données liés à la Big Data à ce jour. Théo Marchant, travaillant dans le cadre du projet O-kidia, mets la lumière sur le croisement de l’épidémiologie digitale, la gamification et l’IA. L’UX, en tant qu’approche, a permis d’affiner l’aide au diagnostic d’enfants présentant des troubles neurodéveloppementaux. Utilisant les mécaniques du jeu vidéo comme leviers de l’engagement et de la motivation, ceci a permis de voir de réels apports  en matière d’évaluation cognitive.

Agent conversationnel pour le conseil en santé

Pascal Staccini et Aline Myx nous ont présenté leur travail sur le « Dr. Proktor », un programme simulant l’interaction avec un médecin de santé. Ce projet mené à l’Université de Côte d’Azur, en prenant une pathologie bien identifiée, et en la passant par le filtre des connaissances médicales mais également en créant une bibliothèque des questions souvent associées à ce trouble. Ils ont réussi à concevoir un chatbot capable d’identifier les problèmes tels que décrit par un individu pour lui proposer les conseils les plus adéquats pour traiter son trouble.

C’est un premier pas pour l’usage de « l’intelligence artificielle » dans le secteur médical, d’autant plus qu’il touche à un sujet que les utilisateurs ont tendance à ne pas évoquer en premiers lieux dans le cadre d’une visite médicale car cela touche à l’intime. Cela représente donc une avancée encourageante pour le dépistage du cancer du Colon, une maladie grave qui peut être dangereuse si l’on ne la dépiste pas à temps.

Démonstration de l’agent conversationnel, le « Docteur Proktor ».

L’inclusive Design au cœur des enjeux de santé

Alexane Scotto nous a proposé un retour d’expérience dans le cadre de son projet « Mon espace santé », une plateforme publique permettant de gérer son carnet de santé et ses activités médicales.

Un rappel bienvenu sur la place de l’inclusion et de l’accessibilité de nos interfaces avec en fond une plateforme de santé publique. Nous offrant également une méthode pour accéder à des utilisateurs extrêmes (ayant des pratiques qui sorte des cadres habituels), lors de phases de conceptions incluant diverses parties d’un projet. En effet, ce retour d’expérience nous a montrer que partager des extraits spécifiques de test-utilisateurs permet de sensibiliser mais également d’accroitre la prise en compte des handicapes et/ou des contraintes de certains utilisateurs par les divers membres d’un groupe de conception.

Rétrospective sur le Créathon e-santé organisé par l’ICE (2022)

Un retour sur les apports du Design Thinking au processus de création, sur cette édition du Creathon e-santé 2022, 9 équipes d’étudiants ont pu profiter de l’expérience d’une équipe de professionnels pour imaginer une solution à l’un des trois problèmes soumis par les associations partenaires :

  1. L’épanouissement des jeunes aidants souffrant beaucoup du rôle qu’ils jouent auprès d’un proche confronté à une maladie ou à un handicape
  2. Patients diabétiques nouvellement diagnostiqués vivant dans des zones inaccessibles
  3. Les étudiants se soucient peu de la prévention sexuelle

C’est grâce à plusieurs ateliers répartis sur deux jours, et comprenant des phases de redéfinitions du besoin, de test de scénario et d’idéation. Mais également grâce à des outils comme des « persona » ou des « empathy  map » que ces étudiants ont pu proposer des solutions numériques à des problèmes de santé concrets. Certaines de ces solutions ont d’ailleurs eu la chance d’être sélectionnées pour être potentiellement développées dans le futur. C’est donc bien la preuve que le « Desgin thinking » peut permettre à n’importe qui de trouver des solutions innovantes et réalisables, même dans un domaine aussi complexe que la santé.

Bilan du WUD 2023

En conclusion, nous pouvons dire que les dernières avancées dans le secteur numérique ne portent pas uniquement sur les nouvelles découvertes ou la création d’outils technologiques de pointe. En effet, comme nous l’ont montré ces présentations, c’est surtout l’apport de l’ergonomie et de l’User Experience qui peut amener à repenser la relation entre les outils à disposition du personnel médicale et des patients. Et donc à trouver de nouvelles solutions avec les moyens dont nous disposons actuellement. Qu’il s’agisse de s’appuyer sur les connaissances de praticiens de santé pour mieux conseiller les patients via des interfaces, ou bien d’avoir recours à des méthodes UX afin de déceler des pratiques innovantes permettant de donner accès au soin. Enfin ne pas oublier de prendre en compte les personnes souffrant de déficiences lorsque l’on conçoit des systèmes à destinations du plus grand nombre.

Toutes ces réflexions représentent à la fois des pistes à explorer pour les applications de l’User Experience, mais également un rappel de nos méthodologies et de comment les adapter.

Auteur/Autrice

  • Walid Abdelkefi

    User Researcher, UX Designer - Issu d’un parcours en Psychologie mention Ergonomie cognitive des technologies numériques, Walid utilise ses connaissances acquises au fil des années à travers sa démarche méthodologique et les prototypes qu’il réalise dans ses projets. Ayant une approche éclectique, il s’intéresse à différents domaines technologiques et questionne toujours sa vision afin de prodiguer l’expérience utilisateur la plus optimale selon le contexte et les besoins utilisateurs.